alternative-usine--ecole-organisationnelle


Des usines-écoles technologiques…

Les Learning Factories ou usines – écoles ne sont pas, en elles-mêmes, une grande nouveauté. Elles existent depuis au moins 25 ans et se retrouvent un peu partout dans le monde au sein des écoles, centres de formation et universités.

Créées sur le modèle proche d’une unité de fabrication réelle, ces ensembles pluri-technologiques reproduisent, à taille réduite, des processus de production à des fins de formation. Qu’elles soient déclinées sur base d’un modèle de production manufacturière ou d’un process continu, elles intègrent généralement tous les stades de fabrication d’un produit, y compris le contrôle qualité, le conditionnement et le stockage.
Souvent fortement automatisées, elles ont aussi suivi les évolutions technologiques comme la robotique, les capteurs intelligents, la communication sans fil, … et bientôt l’approche Smart Factory portée par Industrie 4.0.

Sur le plan formatif, les usines-écoles sont basées sur un concept, à l’efficacité reconnue, de l’apprentissage par la pratique («learning by doing») mais avec la spécificité de confronter l’apprenant à un système complexe où les différents ensembles et sous-ensembles interagissent. Elles imposent l’adoption d’une vue d’ensemble.

 

RVB de base

 

Pendant de nombreuses années, elles ont rempli, et remplissent toujours, leur office d’outil de synthèse permettant de se former par la pratique à la conduite, au réglage, au diagnostic et dépannage, à la maintenance préventive, à la programmation, … sur base d’une pédagogie adaptée qui permet d’aborder le système de façon simple ou complexe. Elles sont conçues aussi bien pour les opérateurs de production que les techniciens de maintenance ou les ingénieurs.
…vers les usines-écoles organisationnelles
Les usines écoles ont longtemps eu une vocation essentiellement technologique et ont été conçues comme telles.
Or, depuis une dizaine d’années, un concept différent a vu progressivement le jour et se développe encore lentement. Il est basé sur le fait que notre industrie a besoin d’évoluer significativement vers des systèmes organisationnels plus performants, de produire en moyennes et petites séries, d’adopter des processus répondant aux fluctuations rapides de la demande.

Dans ce contexte, c’est la formation aux concepts d’Excellence Opérationnelle qui est devenu l’enjeu.
Pour clarifier ce qu’est l’Excellence opérationnelle, on précisera que cela désigne, à la fois, une culture d’entreprise, un ensemble de démarches, méthodes et techniques, plus ou moins connues et principalement issues du Lean Manufacturing. Y est associé tout une série d’outils : Value Stream Mapping, 5S, visual management, pilotage d’atelier en flux tiré, SMED,…
Leur but commun est l’amélioration continue des procédés de production, en termes de productivité, qualité, réduction des coûts de toute nature et des délais.

 

usine-ecole-technologique-pt3 usine-ecole-organisationnelle-pt2

Usine-école Technologique Usine-école organisationnelle

Depuis plus de 10 ans, les Grandes entreprises industrielles basées en Europe ont tenté d’intégrer cette démarche au niveau de l’ensemble de leurs activités (conception – production – services supports) mais ce déploiement est une aventure de longue haleine qui implique l’adhésion de l’ensemble des acteurs de l’entreprise.

 

C’est là que, au-delà des présentations théoriques et des jeux de simulation, l’intérêt des usines-écoles refait surface.

 

Au départ, c’est le secteur de l’automobile qui a initié l’idée de créer des usines-écoles dédiées à la sensibilisation et à la formation, par la pratique, au Lean pour l’ensemble du personnel. Il s’agissait de démarches internes à de grands groupes. D’autres secteurs proches ont rapidement suivi comme, par exemple, dans le génie civil, la société Caterpillar, au milieu des années 2000.

 

Peu de temps après, d’autres initiatives privées ont vu le jour. McKinsey a ainsi mis en place plus d’une dizaine de « Capability Center » à travers le monde, généralement en partenariat avec une ou plusieurs universités et écoles supérieures. L’objectif était d’accélérer la mise en place, dans les usines, des méthodes permettant d’optimiser l’organisation de la production. On citera, par exemple, le « Center for Industrial Productivity » à Darmstadt (Allemagne) ou «l’Institut de l’Excellence Opérationnelle » au sein de l’ECAM de Lyon (France).

Compte-tenu d’autres projets similaires mise en place entre 2009 et 2015, nous avons pu recenser 14 Learnings Factories organisationnelles en Europe ; un chiffre assez faible lorsque l’on sait qu’il y existe autant, voire plus de Learning Factories technologiques sur le seul territoire de la Belgique.

Ces centres permettent de combiner la formation des futurs ingénieurs et celle du personnel des entreprises. Sur ces usines –écoles, près de 80 % de l’acquisition des connaissances se fait via des mise en situation qui permettent de comprendre pourquoi et comment réaliser des changements organisationnels adaptés à l’entreprise. L’outil sert aussi bien à former les futurs Lean Manager qu’à sensibiliser des directeurs d’entreprise qui découvrent les choses autrement que dans de trop classiques séminaires.

 

 

Convaincre les entreprises

La réalité du terrain montre que peu d’entreprises, et particulièrement les PME, ont intégré les méthodes d’excellence organisationnelle. En Wallonie, comme ailleurs, elles sont encore largement cantonnées aux grands entreprises.

 

Convaincre les directions d’adopter des changements organisationnels est tout sauf évident. A cela, s’ajoute le fait que le Lean est perçu comme un modèle non européen et non adapté aux PME.

Faire avancer les choses suppose d’adopter une approche fondamentalement NON DOGMATIQUE du Lean. Il importe de comprendre la culture et le mode de fonctionnement de chaque entreprise et tenter d’y apporter les méthodes et outils qui peuvent faire avancer sans vouloir imposer un modèle global. Au-delà de cette flexibilité, l’accompagnement est indispensable pour les PME qui doivent être soutenues dans la mise en place.

La fédération sectorielle AGORIA est convaincue de l’importance de cette démarche et a conçu une formation adaptée aux futurs leaders de projets qui implanteront l’Excellence Opérationnelle dans leur entreprise.

En tant que centre de formation, TechnoCampus est, lui-aussi, résolu à s’associer à cette démarche en se dotant d’une usine-école organisationnelle. Il possède déjà un premier outil opérationnel sur un modèle adapté à la fabrication en série. D’ici quelques mois, un deuxième outil, plus flexible et permettant de multiples configurations, viendra le compléter.

Des vecteurs de solutions sont mis en place, les différents acteurs (entreprises, centres de compétences, enseignement) conjugent leurs efforts afin d’y intégrer l’élément primordial : l’humain.

 

Christian EYMAEL,
Coordinateur Veille TechnoCampus

Entreprises, News